Aix et la Vertu

Aix et la Vertu

Des récits de vies incroyables d'Aixois au XIXe siècle à lire : la vraie vie et l'histoire d'Aix-en-Provence, par Thierry Brayer, alias l'Aixois.

À lire
Le Promeneur Aixois

Le Promeneur Aixois

Promenez-vous dans Aix en 1877 : un ouvrage littéraire autour des photographies de Claude Gondran. Une histoire d'Aix-en-Provence par Thierry Brayer

À lire
Votre aide !

Votre aide !

LAIXOIS a besoin de votre aide ! Comment pouvez-vous faire ?

À lire
Accueil / Histoire / La Butte des Trois Moulins

Histoire, Scoop

La Butte des Trois Moulins

Les Trois Moulins existent-ils encore sur la butte éponyme à Aix-en-Provence ? Et pourquoi semble-t-il y en avoir quatre ?

On trouve des traces de cette butte, dite de Saint-Eutrope dans « l’Encyclopédie Méthodique » par M. Desmaret de l’Académie des Sciences en 1828 : « Aix me paroît donc, dit-il, assez bien limité géologiquement par une ligne qui pasteroit, en fortant d’Aix du côté de l’est, aux moulins de la butte Saint-Eutrope, suivroit le torrent de la Mignarde, iroir rejoindre la Touloubre sur la route de Venellea; côtoyeroit cette rivière jusqu’à la Calade, sur la route de Paris, & de là, revenant à Saint-Martin, à Valferre, gagneroit la route de Condoux jusqu’à Aix. » À cette époque, elle ne peut se nommer « des trois moulins« .

Dans la « Description géologique des environs d’Aix-en-Provence » de Louis Collot en 1880 : « Elle part de l’hospice des aliénés, sur la butte du mont-perrin, et se dirige vers le N.-N.-E. en coupant la ville pour atteindre les trois-moulins. Dans cette partie on voit le Miocène supérieur Mi et Ms se redresser au pied des Trois-Moulins…« 

Quant à savoir ce qu’on y trouve en plus des moulins, consultez la liste des plantes de la Société Botanique de France, éditée en 1868, qui la nomme « Colline des trois moulins » :

GOOGLE BOOK

Et puis, cette gravure exécutée en 1834 par Nyon d’après un dessin de Rauch :

Nous les voyons dans cette photo de Claude Gondran, datée du dernier quart du XIXe siècle :

Bibliothèque Méjanes – Cote PHO. GON. (1), 6

Les trois moulins. À droite, ce qui semble être un moulin sans ailes est en fait un pigeonnier…

CADASTRE FEUILLE 23 – 000 AX 01

Google Map

Et en vidéo, c’est plus clair :

 

« Autrefois, la ville était prisonnière de ses remparts et les habitants n’en sortaient guère. Cependant au printemps, avide d’air et de lumière, ils venaient chercher sur le plateau, près du vieux moulin en ruine, ce qui leur avait tant manqué dans leurs salons fanés… C’était le temps des fleurs qui s’étendaient à perte de vue et seules quelques fermes se laissaient apercevoir à l’horizon au milieu des vergers roses et blancs. Parfois un peintre éprouvait le besoin de fixer sur la toile les tendres couleurs… Puis les remparts tombèrent, les citadins prirent l’habitude de construire « à la campagne » et au cours de quelques folles années, de grandes et laides maisons sortirent de terre afin d’abriter de nombreuses familles… La campagne avait subitement disparu… Les hommes, étrangement, épargnèrent leur moulin en ruine et quelques pruniers par-ci, par-là, résistèrent courageusement à l’oppresseur. »

Clo Redon

Et le pigeonnier, à droite sur la photo de Claude Gondran ?


Source et droits des documents de cet article :


  • Collection personnelle de Thierry Brayer

Toute réutilisation commerciale sans autorisation est interdite
Par contre, n'hésitez pas à partager les articles !


1 commentaire

  1. Bene A. 5 décembre 2017 11 h 33 min

    Dans les années 1960. La butte des 3 moulins était parsemée de champs de lavandes avec des dizaines de ruches. Les élèves de l école annexe étaient les bienvenus pour les sorties écologiques. C’était le temps où tout avait de la valeur.

Laisser un commentaire

LAIXOIS

GRATUIT
VOIR