Aix et la Vertu

Aix et la Vertu

Des récits de vies incroyables d'Aixois au XIXe siècle à lire : la vraie vie et l'histoire d'Aix-en-Provence, par Thierry Brayer, alias l'Aixois.

À lire
Le Promeneur Aixois

Le Promeneur Aixois

Promenez-vous dans Aix en 1877 : un ouvrage littéraire autour des photographies de Claude Gondran. Une histoire d'Aix-en-Provence par Thierry Brayer

À lire
Votre aide !

Votre aide !

LAIXOIS a besoin de votre aide ! Comment pouvez-vous faire ?

À lire
Accueil / Histoire / Charles Trenet et Aix-en-Provence

Histoire

Charles Trenet et Aix-en-Provence

Ou quand Charles Trenet à Aix…

L’on sait que Charles Trenet habita dès 1960 au domaine des Esprits, chemin des Saints-Pères à Aix-en-Provence.

Le blog Aix-en-provence-la-vraie.kazeo.com nous précise :

Disposé sur plus de six hectares, le bien situé impasse des Saint-Pères à l’ouest d’Aix-en-Provence comporte outre une imposante bastide [avec] des constructions hétéroclites. De la chapelle privative à la jolie maison de gardien jusqu’aux restes ruinées d’une orangeraie, tout y est original, baroque. Plus loin, il y a encore les traces d’une scène de béton, toute proche de la grande piscine, depuis laquelle le maître des lieux aimait tant donner le spectacle à ses invités. Acquise en 1960 par le chanteur [Charles trenet], la propriété qui tient ses origines au XVIIe siècle est dans un premier temps destinée à un usage familiale avec en « gueststar » la mère et le frère de Charles et comme de juste le chien Micha. Alors à l’apogée de son art, Charles profite des dernières années de calme au Domaine des Esprits : l’autoroute est en voie de devenir. Malchanceux, Charles à fait aménagé sur son futur tracé, une seconde piscine ainsi que les quartiers de l’un de ses plus fidèles serviteurs : Mr H. En 1965 l’autoroute pose une infranchissable limite entre le pavillon de Mr H et la vaste bâtisse de son maître emportant au passage les vestiges de l’une des piscines, celle aux hublots ronds. De l’autre côté de la chaussée, le domaine bien que proche du trafic autoroutier en impose toujours autant. De la taille de la demeure principale aux rocambolesques de ses lignes, le Domaine des Esprits les marques. Une suite de mâchicoulis, de créneaux façon château-fort est mêlée au rouge des dix-mille tuiles provençales. Percé de nombreuses fenêtres, les ouvertures alternent entre baies-vitrées aux verres blindés et yeux de bœuf façon judas. À la mort de Charles le 19 février 2001 – à l’âge de 88 ans-, le Domaine des Esprits vît définitivement le rideau tomber.

Que s’est-il passé depuis ?

On dit qu’elle a été rachetée aux enchères pour 391 000 € en décembre 2008, délogeant par cela-même les squatteurs. (La Provence)

Et Le Monde ajoute :

Le Fonds pour la Mémoire de Charles Trenet a obtenu les autorisations administratives pour engager les travaux de restauration du « Domaine des Esprits » […]. Piloté par l’architecte Charles Legler, ce chantier d’environ 5 millions d’euros permettra notamment de créer un « Jardin Extraordinaire » dans le parc de 6ha qui enserre la bastide où le chanteur vécut par intermittence durant près de quarante ans. Trois ans après avoir racheté  la demeure aixoise de Charles Trenet […], le « Fonds pour la Mémoire de Charles Trenet » a obtenu le 20 décembre dernier le permis de construire pour réaliser un vaste projet de remise en valeur de cette propriété acquise par le Fou chantant au croisement des années 50/60. Pour mener à bien ce projet, les membres du fonds ont fait appel à l’architecte américain Charles Legler (agence CMLA Desing) […]. Avec l’aide de mécènes et Vinci, l’organisme qui se bat pour remettre en scène l’héritage artistique et patrimonial du chanteur compte investir près de 5 millions d’euros pour transformer le site en musée regroupant un grand nombre d’effets personnels ainsi que la collection de voitures et de tableaux de l’auteur de Douce France. « On souhaite restaurer la maison pour lui redonner le cachet baroque qu’elle avait du vivant de Trenet » explique Charles Cardine, en charge de l’opération au sein du Fonds. Le clou de cette restauration sera l’aménagement d’un « Jardin Extraordinaire » dans le parc, aujourd’hui à l’abandon, qui jouxte la demeure. Après la réalisation de travaux de terrassement […], « l’ambition est de créer un jardin dans l’esprit surréaliste qui plaisait tant à Trenet » détaille Charles Cardine. Cette volonté devrait se concrétiser à travers la construction d’un mur antibruit végétal, un « mur mélodie paré de notes de musique fleurie », visible depuis l’autoroute. En attendant le lancement des travaux, prévus en 2013, année du centenaire du Fou chantant, le fonds lancera une grande campagne de communication autour de son projet en 2012. […] Un prélude à un partenariat que les amoureux de Trenet rêvent de conforter dans le futur en recréant un amphithéâtre au cœur du Domaine des Esprits : « l’idée, dans un deuxième temps, c’est d’aménager une scène capable d’accueillir des spectacles, en recréant le petit théâtre qu’avait installé Trenet près de la piscine » explique Charles Cardine.

Quelques photos glanées ici et là :

Mais le domaine est tombé en ruine…

Aujourd’hui, en 2018, on dit la demeure rasée mais il n’en est rien mais elle n’est pas en bonne forme  : cependant, ce projet d’aménagement culturel subsiste-t-il encore ?


Et puis il y a cette affaire que Wikipedia nous relate :

Conséquence d’une plainte anonyme, le 13 juillet 1963, le chanteur, qui séjourne alors dans sa propriété « Le Domaine des Esprits », proche d’Aix-en-Provence, est appréhendé en compagnie de quatre jeunes hommes dont deux de vingt ans et inculpé d’outrages à la pudeur et attentats aux mœurs. Mis sous mandat de dépôt, il est écroué à la prison d’Aix. Son ex-cuisinier, chauffeur et secrétaire, qui l’accuse de l’avoir contraint à recruter de jeunes personnes pour des parties, est également incarcéré. Sa détention, durant laquelle Charles Trenet compose une prière pour les prisonniers et une chanson pour le gardien-chef — grâce à l’archevêque du diocèse Monseigneur Charles de Provenchères, ses nombreux soutiens ont réussi à lui faire parvenir un harmonium —, dure vingt-huit jours. Quelques mois plus tard, il est condamné en première instance à un an de prison et 10 000 francs d’amende avec sursis. Un jugement dont il fait appel : il obtient un non-lieu et est blanchi par la justice.

À lire : Charles Trenet et sa rentrée à Aix-en-Provence en 1964 :

 


Source et droits des documents de cet article :


  • Collection personnelle de Thierry Brayer
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Trenet

Toute réutilisation commerciale sans autorisation est interdite
Par contre, n'hésitez pas à partager les articles !


Laisser un commentaire

LAIXOIS

GRATUIT
VOIR