Aix et la Vertu

Aix et la Vertu

Des récits de vies incroyables d'Aixois au XIXe siècle à lire : la vraie vie et l'histoire d'Aix-en-Provence, par Thierry Brayer, alias l'Aixois.

À lire
Le Promeneur Aixois

Le Promeneur Aixois

Promenez-vous dans Aix-en-Provence en 1877. Ouvrage littéraire est bâti autour des photographies de Claude gondran, le premier photographe de la cité : une histoire d'Aix-en-Provence par Thierry Brayer

À lire
À offrir

À offrir

L'Aixois vous propose d'offrir à vos amis ou à votre famille le calendrier original de son année de naissance ! Les frais d'envoi par courrier suivi sont offerts. Tous les calendriers depuis 1930 à 1999 sont à 9€90. Et si c'est urgent, et que vous habitez Aix, vous êtes livrés en ville !

À lire
____________________________________
Actuellement : 166 articles à lire dans ce journal
Accueil / Histoire / Les bains et lavoirs Reynier
Thierry Brayer alias L’aixois, invité de Radio Dialogue Les DEUX rues Esquicho-Mousco à Aix-en-Provence Aix-en-Provence en 1964 La Semaine Religieuse du 15 avril 1928 Soutenez les commerçants aixois Et si les Allées Provençales avaient été… un forum ? Un plan inédit d’Aix-en-Provence de 1944 Aix, notre ville Faites du sport en 1965 à Aix-en-Provence ! La mode masculine de 1965 à Aix-en-Provence Les bains et lavoirs Reynier Exposition à la bibliothèque Méjanes sur les colonies françaises Le mouvementé Peyresc ! Le Président Haudecœur Le naïf aux quarante enfants Le vrai Gaulois ! Fouilles archéologiques d’Aix-en-Provence Laixois en Provence Quand le tramway resurgit ! Le 3 février 1918 La famille Herzog : des racines aixoises de 120 ans Le Courrier d’Aix : dernier numéro WC publics souterrains Les nouvelles Facultés à Aix-en-Provence et Marseille Les 50 ans de Sciences Po Aix (IEP) Le Promeneur Aixois Mais où cette photo a-t-elle été prise ? L’hôtel du Roy René, avant ! Place Madame Richelme Colorisons les photos anciennes ? L’extension du canal du Verdon Jaume GUIRAN et Aix-en-Provence Aix en Découvertes Cinq photos historiques commentées Grand angle sur la place des Prêcheurs Ça change parfois très vite ! Visitez l’ancien Casino d’Aix-en-Provence Vous souvenez-vous de ces cartes de bus ? Aix sous la terreur Librairie Vents du Sud -1973-2015 Carnaval La place de la Madeleine n’existe pas à Aix-en-Provence. L’idiot Dynamite Jack Le Transporteur Aix encombrée ou pas ? Les 50 ans du Cezanne Un nommé La Rocca Le Palais de Justice d’Aix-en-Provence L’Aqueduc du canal du Verdon au nord d’Aix-en-Provence Association pour la Protection des Demeures Anciennes et Paysages Aixois ARPA : Patrimoine du Pays d’Aix Oeil2aix.info Les Amis de la Méjanes Encagnane à travers les âges ! Fidélité à Aix-en-Provence ! Aixois : tenez votre ville propre ! Commerces d’hier ou d’aujourd’hui ? Le guide professionnel d’Aix 1942-1943 Sur les tables de la Fac Montperrin Histoire de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence Pétition pour la Provence Aix en 1957 Le Domaine Saint-Antonin Exposition et Bourse de Véhicules Anciens à Cabries le 3 juin 2018 Banane ! Mais ? Elle est où, l’autoroute ? Pot Pourri 1970 La gare routière, mais celle d’avant ! Le passé commence hier matin ! Le Krypton, boite à la mode des années 80 Aix et la Vertu Souvenirs d’Aix-en-Provence Le cours et la rotonde avant 1883 Ray Charles, place du Forum des Cardeurs Les Villeneuve dans la vieille ville ! Le Pavillon Noir… et Rouge ! Le festival de Pop Music d’Aix-en-Provence La moutarde me monte au nez Histoire d’une ville Johnny à Aix-en-Provence La plage d’Aix-en-Provence Le Grillon en peinture Les Pastore : la Cigale et le Grillon La Butte des Trois Moulins La Bastide Beisson La bastide de la Mareschale Avant Quick, la Brasserie Mirabeau Aix en 1942 Bimont avant Bimont Qu’est devenue cette boutique ? Madame le Juge Boudu Pourquoi pas nous ? Des parcmètres à Aix ? Les Assassins de l’ordre Le Grillon, et avant ! Les eaux d’Aix-en-Provence en 1705 Aix en trolleybus Aix en tramway

Histoire, Scoop

Les bains et lavoirs Reynier

On ne connaît que peu de chose sur Étienne Reynier. M. Mouan, secrétaire perpétuel de l’Académie en 1865 le présente toutefois ainsi :

« Par son testament olographe du 18 mars 1864, M. Étienne Reynier, ancien employé des contributions indirectes, mort à Aix le 16 mars 1865, a bien voulu léguer à l’Académie une rente annuelle et perpétuelle de 1 000 francs, pour récompenser les actes les plus méritoires constatés dans les communes de l’arrondissement d’Aix. Digne émule de M. Rambot, M. Reynier entend que sa rémunération soit d’une entière analogie avec celle qui, sans doute, lui a inspiré sa généreuse résolution. L’Académie a accepté avec empressement la mission qui lui est de nouveau confiée. S’il est doux de prendre l’initiative dans la pratique du bien, on aime aussi à en faciliter l’accomplissement d’après de généreuses intentions. Quand le moment sera venu, nous apporterons pour le prix Reynier la même impartialité dont nous croyons avoir donné des preuves jusqu’à ce jour pour la distribution de celui fondé par M. Rambot. »

Si vous voulez en savoir plus sur le prix Reynier,
je ne peux que vous proposer de vous référer à mon ouvrage :
AIX ET LA VERTU.

En outre, Étienne Reynier léguera en outre 6 000 francs aux hospices, 2 000 francs au bureau de bienfaisance et 1 000 francs aux dames de Saint-Vincent-de Paul.

Que doit-on d’autre à cet homme : Le Mémorial d’Aix nous le dévoile dans son édition du 19 mars 1865 :

« M. Reynier laisse à la ville d’Aix, la somme de 30 000 francs, destinés à contribuer :

  1. à l’établissement d’un grand lavoir public et gratuit, couvert avec un pourtour suffisant pour étendre et faire sécher le linge ;
  2. la création de bains publics à très bon marché, à l’usage des travailleurs, dans l’intérêt de la propreté et de l’hygiène de cette partie de la population. »

En 1878, « le grand lavoir gratuit et les bains à prix réduits », appelés Bains Reynier ou Legs Reynier, seront ouverts au 1 boulevard Notre-Dame (av. Jean Jaurès), face à la Tourreluque, à Aix, sur un terrain appartenant à la ville et gérés indirectement par elle-même. Pendant près d’un siècle, ils seront réservés aux classes populaires et aux « indigents » et seront exploités face aux luxueux Bains Sextius. Avec l’arrivée du modernisme et de l’eau dans chaque habitation dans les années 70, la ville décide d’une nouvelle attribution de cet espace : les bâtiments seront donc détruits dans les années 70 pour faire place à la maison de retraite « Le Sans-Souci ».

 

Fonds Bibliothèque Méjanes – Plan Makaire de 1897

 

IGN – Les bains et lavoirs Reynier en 1964

 

Les bains et lavoirs Reynier, sur la gauche de la photo

 

IGN – Les bains et lavoirs Reynier en 1930

IGN – Les bains et lavoirs Reynier en 1970

IGN – Les bains et lavoirs Reynier en 1975

 

Archives Municipales Aix-en-Provence

 Les Archives Municipales d’Aix-en-Provence possèdent de nombreux documents sur cet établissement, et les journaux « Le Mémorial d’Aix » et « Le National » en « parlent » souvent…


Source et droits des documents de cet article :


  • Collection personnelle de Thierry Brayer
  • Diverses, en regard des documents dans cet article

Toute réutilisation commerciale sans autorisation est interdite
Par contre, n'hésitez pas à partager les articles !


Laisser un commentaire