La disparition définitive du boche : la libération d’Aix


« En un clin d’œil la foule accourt, les petits drapeaux français s’agitent, les rubans tricolores accrochés au corsage ou au veston et ce sont les cris délirants d’une foule qui ne peut concevoir cette chose évidente : la disparition définitive du boche. »


Sources et droits des documents de cet article :



• La Provence Libéré du 23 août 1944

Toute réutilisation commerciale sans autorisation est interdite
Par contre, n'hésitez pas à partager les articles !


1 Comment

  1. Mon père le capitaine résistant Rosa Frédéric commandant de compagnie était sur le beffroi de la mairie avec ses hommes pour hisser le drapeau Français et Américain.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*