L’extension du canal du Verdon


« La Provence : le pays de l’extrême sècheresse, le pays du désert de Crau que l’illustre Mistral a chanté…  La Provence, la gueuse parfumée, comme l’appelait Mme de Sévigné, pays de soleil, pays du mistral impétueux, qui assoiffent ses terres et sa population, pays qui serait le paradis terrestre … n’était le problème de l’eau.

Mais au cours des siècles, ses enfants se sont efforcés de corriger la nature, de l’asservir à leurs besoins et ils ont parsemé son terroir d’innombrables canaux dérivés de la Durance et du Verdon.

Le premier, l’illustre ingénieur Adam de Craponne a ouvert la voie; il y a quatre cents ans, aux grandes artères de l’eau. Son précieux exemple a été suivi, depuis lors, par les Floquet, de Montricher, Zola, de Tournade…

Les grands canaux de Craponne, des Alpines, de Marseille et du Verdon, et autres, irriguent près de 65.000 hectares de terres, dont la fertilité n’est plus à démontrer, et donnent la vie à plus de 100 communes et à une population de plus d’un million d’habitants. »

>>> La suite dans ce document extrait de « La Houille Blanche« , N°2 (Avril 1952), pp. 301-312 :

https://www.shf-lhb.org/articles/lhb/pdf/1952/04/lhb1952030.pdf

Merci à Jean-Pierre G. pour avoir déniché ce document !


Sources et droits des documents de cet article :



https://www.shf-lhb.org/articles/lhb/abs/1952/04/lhb1952030/lhb1952030.html

Toute réutilisation commerciale sans autorisation est interdite
Par contre, n'hésitez pas à partager les articles !


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire